Vous trouverez ici une vue d'ensemble du programme de travail du Comité Forêt établi en 2019, la présentation de la gouvernance du CST Forêt, ainsi que le contenu opérationnel des propositions sur les chantiers en cours en 2019.

Cette seconde réunion du Comité scientifique et technique Forêt, organisée en septembre 2019, avait pour objectifs :

  • D’avoir une vue d’ensemble du programme de travail du Comité Forêt.
  • De faire un point d’information sur les travaux depuis la précédente réunion (mai 2019).
  • De présenter la gouvernance des activités du Comité Forêt, ainsi que les modalités d’articulation des travaux du Comité de suivi de la SNDI et du Comité Forêt.
  • D’examiner le contenu opérationnel des propositions méthodologiques pour les chantiers :

– Etude « Définitions & Outils de suivi de la déforestation importée ».

– Chantier « Certification de l’objectif zéro-déforestation à l’échelle des filières et des bassins
d’approvisionnement ».

– Mini-chantier (Journées thématiques) « Impacts de la SNDI à partir du cas du soja au Brésil.

  • De s’accorder sur l’identité visuelle du Comité Forêt et sur sa base de données.
  • De présenter les prochaines étapes du Comité Forêt.

Vous trouverez  en pièces jointes: le CR de cette réunion de septembre, ainsi que les annexes concernant la présentation  de méthodologies  pour les 3 chantiers de la période 2019-2021.

Cette capitalisation est issue du deuxième atelier d’échanges d’expériences mené dans le cadre de la Commission Climat et Développement (CCD) de Coordination SUD, autour du thème « Forêt et Climat ».

Cette publication met en avant les enseignements tirés par les ONG participantes à l’atelier du 14 janvier 2020 au travers de leurs expériences et propose des bonnes pratiques pour prendre en compte les enjeux climatiques dans un projet de préservation des forêts ou de restauration d’écosystèmes forestiers.

Cet atelier a réuni des représentant.es d’all4trees, d’Actingforlife, de Cœur de Forêt,
du Gret, de Humy, du Geres et d’Initiative Développement (ID).

Consulter la capitalisation sur le site de Coordination SUD : https://www.coordinationsud.org/document-ressource/foret-et-climat/

D'après le rapport du WWF intitulé « Quand les Européens consomment, les forêts se consument », l’Union européenne est le deuxième importateur mondial de déforestation tropicale derrière la Chine et devant les Etats-Unis. La France est l’un des principaux pays européens responsables de l’importation de matières premières associées à la déforestation, en particulier par ses importations de soja pour l’alimentation animale.

Alors que la Commission européenne s’apprête à présenter une proposition de législation pour lutter contre la déforestation, la publication le 14 avril 2021 par le WWF du rapport “Quand les Européens consomment, les forêts se consument” montre que l’Union européenne est le deuxième importateur mondial de déforestation tropicale derrière la Chine et devant les Etats-Unis.

Les importations de l’Union européenne représentaient en 2017  16 % de la déforestation liée au commerce mondial. L’UE se place ainsi après la Chine (24 %), mais devant l’Inde (9 %), les États-Unis (7 %) et le Japon (5 %).

Ce constat justifie le besoin que les réglementations ne se concentrent pas uniquement sur la protection des forêts mais prennent en compte l’ensemble des écosystèmes naturels présentant le risque d’être convertis pour produire des matières premières. La France est l’un des principaux pays européens responsables de l’importation de matières premières associées à la déforestation, en particulier par ses importations de soja pour l’alimentation animale (plus de 3 millions de tonnes par an) et d’huile de palme pour le diesel.

Les engagements des Etats européens à mettre un terme à la déforestation d’ici 2020 comme les nombreuses initiatives du secteur privé se fixant un objectif “zéro déforestation” se sont montrées insuffisantes. Il faut aller au-delà des engagements volontaires avec une législation ambitieuse et contraignante. Le WWF France, engagé dans la campagne #Together4Forests aux côtés de plus de 160 autres organisations, a identifié huit priorités pour garantir que la législation soit efficace.

Lire le communiqué de presse

Voici les présentations des conclusions de l'étude "Définitions et outils de suivi de la déforestation importée"(en version pdf). Une deuxième présentation vous êtes proposée avec des éléments de termes de référence d’un travail exploratoire pour la définition d’un futur chantier.

La réunion  webinaire du 28 janvier 2021

Cette réunion dédiée au chantier No. 1 a été décomposée en deux étapes:

  • Les conclusions de l’étude

La présentation des conclusions finales de l’étude « Définitions & Outils de suivi de la déforestation importée »  à la lumière des résultats des travaux complémentaires réalisées depuis juin dernier.

  • La suite possible par un Policy Brief

Une deuxième partie de la réunion a été dédiée à la  la discussion des suites à donner à cette étude bibliographique, étant entendu qu’aucune des définitions analysées n’est véritablement opérationnelle pour le suivi de la mise en œuvre de la SNDI.

Les présentations en version pdf. sont à disposition en pièce jointes pour les membres.

Le rapport "The Forest First Approach" de WCS aborde la problématique de la déforestation, notamment celle liée à la production agricole en zone tropicale. Les travaux scientifiques de plusieurs acteurs (dont WCS, WWF, le CIRAD et le PNUD) ont par ailleurs abouti au développement du premier indice d'intégrité des paysages forestiers à l’échelle mondiale.

Le rapport de WCS

Le rapport de WCS “The Forest First Approach”, produit en 2020, explique la problématique de la déforestation, notamment celle liée à la production agricole en zone tropicale.

“L’analyse réalisée tend à démontrer qu’une proportion croissante de la déforestation tropicale, et du risque de déforestation associé dans les chaînes d’approvisionnement, est concentrée sur des zones de production relativement faibles provenant d’un petit nombre de districts ou de municipalités à la frontière forêt-zone agricole. La déforestation dans les zones de frontière semble également associée à des émissions de gaz à effet de serre plus élevées et à une menace accrue pour les forêts primaires et à haut niveau d’intégrité”

Pour en savoir plus, consultez le rapport “The Forest First Approach” (en anglais)

Les recherches scientifiques

Trois articles de travaux scientifiques sur l’évaluation des conditions et de l’intégrité forestière (voir publications associées en pièces jointes), incluant des méthodes pour la mesurer et la modéliser, donnent des indications sur l’état de dégradation des forêts à l’échelle mondiale.

Les travaux initiaux de WCS, WWF et du CIRAD sur la cartographie des zones de hautes valeurs de conservation pour le critère 2 en Afrique centrale ont ensuite mené à un travail global de développement du premier indice d’intégrité des paysages forestiers à l’échelle mondiale. De nombreux partenaires ont participé à ces travaux dont le PNUD, des ONG et des universités.

"Travailler au service des forêts tropicales, regards croisés de forestiers", publié le 30 mars 2021 aux éditions L’Harmattan, a été réalisé sous la direction de Jean-Paul Lanly et Olivier Soulères,  sous l’égide de l’Association des forestiers tropicaux et d’Afrique du Nord (AFT).

Cet ouvrage est un recueil de témoignages sur le vécu professionnel de vingt forestiers francophones, pour moitié originaires de pays d’Afrique tropicale (Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Niger, Rwanda, Sénégal) et du Pérou, et pour moitié de forestiers français ayant travaillé sous les Tropiques.

La première partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation de deux situations d’aménagement forestier, l’une sous les Tropiques secs au Niger, l’autre sous les Tropiques humides en Guyane française.

Cet ouvrage fait ressortir en quoi l’apport de ces gestionnaires forestiers, notamment ceux du secteur public, que sont les auteurs de ces témoignages, est crucial pour contribuer à la mise en œuvre d’une gestion durable et raisonnée des forêts tropicales.

Il rappelle aussi que les dispositifs d’étude et de recherche forestière apportent des informations précieuses et de long terme sur les dynamiques des écosystèmes forestiers (stockage du carbone dans les arbres et les sols, relations entre croissance et facteurs pédoclimatiques, biodiversité forestière et adaptation au climat, etc.).

 

Auteurs : B. Dufay, G. Fradin, M. Guèye, A. Ichaou, P. Djibry Koné, J.P. Koyo, J.P. Lanly, C. Lebahy, M. Malagnoux, J. Malleux, B. Mallet, R. Njoukam, B. Pity, B. Rollet, D. Rugabira, E H. Sène, T.P. So, O. Soulères, B. Vannière, J. Werquin.

L’ouvrage peut être commandé via le site des éditions L’Harmattan

 

Une équipe associant des scientifiques d’INRAE, du CEA et de l’Université d’Oklahoma a combiné des observations satellitaires de la biomasse végétale et de surveillance de la déforestation pour étudier l’évolution des stocks de carbone de la forêt amazonienne brésilienne entre 2010 et 2019. Leurs résultats, publiés dans Nature Climate Change le 29 avril 2021, montrent que la déforestation a fortement augmenté en 2019, passant à 3,9 millions d’hectares (contre 1 million en 2017 et 2018).

Cette étude souligne également que sur ces dix dernières années, la forêt amazonienne brésilienne a rejeté plus de carbone qu’elle n’en a absorbé et que les dégradations de la forêt, causées à la fois par les activités humaines et le changement climatique, en sont la principale cause.

Voici le résumé de cette étude, traduits de l’anglais par le Secrétariat du Comité Forêt :

“La dynamique spatiale et temporelle abstraite de la biomasse aérienne (AGB) et de la superficie forestière a une incidence sur le cycle du carbone, le climat et la biodiversité en Amazonie brésilienne. Ici, nous étudions les changements interannuels de l’AGB et de la superficie forestière en analysant par satellite les ensembles de données annuelles relatives à l’AGB et à la zone forestière. Nous avons constaté que la perte brute de superficie forestière était plus importante en 2019 qu’en 2015, peut-être en raison de l’assouplissement récent des politiques de protection des forêts. Toutefois, la perte nette d’AGB était trois fois plus faible en 2019 qu’en 2015.

Entre 2010 et 2019, l’Amazonie brésilienne a subi une perte brute cumulée de 4,45 Pg C contre un gain brut de 3,78 Pg C, soit une perte nette d’AGB de 0,67 Pg C. La dégradation de la forêt (73 %) a contribué trois fois plus à la perte brute d’AGB que la déforestation (27 %), étant donné que l’ampleur de la dégradation dépasse celle de la déforestation. Cela indique que la dégradation des forêts est devenue le plus grand processus de réduction du carbone et devrait devenir une priorité politique plus importante”.

Lire le communiqué de presse sur : https://www.inrae.fr/actualites/impacts-degradations-environnementales-amazonie-foret-bresilienne-rejette-du-carbone-derniere-decennie

Découvrir la publication originale (en anglais) : https://www.nature.com/articles/s41558-021-01026-5

Global Forest Watch (GFW) est une plateforme en ligne qui met à disposition des données et des outils de suivi des forêts. Grâce à une technologie de pointe, GFW permet à chacun d'accéder à des informations en temps quasi-réel afin de savoir où et comment les forêts du monde entier évoluent.

Des milliers de personnes dans le monde entier utilisent Global Forest Watch (GFW) au quotidien pour suivre et gérer les forêts, lutter contre la déforestation illégale et les incendies, condamner les activités non durables, défendre leurs terres et leurs ressources, se procurer des biens de manière durable ainsi que pour mener des recherches inédites en matière de conservation.

Le site offre l’accès à l’information d’experts et non experts pour visualiser les changements dans la forêt au travers de cartes et de tableaux, d’une veille des forêts, à travers le Map Builder et le GFW Pro.

Les thèmes abordés sont la biodiversité, le climat, matières primaires, eau et le feu.

Que pouvez-vous faire avec Global Forest Watch?

Vous pouvez recevoir des alertes hebdomadaires concernant la déforestation. Ces alertes indiquent où la perte de couverture arborée se produit en temps réel dans les Tropiques.

Le blog GFW vous permet également de rester informé.e sur les actualités de la forêt en suivant les articles rédigés par leur équipe de chercheur.e.s.

Suivre les actions du GFW sur : https://www.globalforestwatch.org

Les versions en ligne de 6 rapports par filière (huile de palme, soja, cacao, bois, bœuf, hévéa) ont été révisées à la lumière des commentaires/suggestions faites par les membres du CST Forêt. Le bilan global de la prise en compte des exigences de la SNDI dans les standards de durabilité a également été présenté.

Lors de la réunion du 23 juin 2020, le chantier consacré à la certification de l’objectif zéro-déforestation à l’échelle des filières ciblées par la SNDI (huile de palme, soja, cacao, bois, bœuf, hévéa) a présenté au CST Forêt les six rapports de la revue de la littérature par filière. Les versions en ligne  de ces rapports par filière ont été révisées à la lumière des commentaires/suggestions faites par les membres du CST Forêt ; des commentaires ont également été ajoutés par le Copil et le Secrétariat du Comité.

Les six études filières seront publiées en tant que « rapports d’études » après validation par le Copil. Le premier rapport à être publié sera celui sur le cacao, suivi par le rapport sur le soja.

Bilan global de la prise en compte des exigences de la SNDI dans les standards de durabilité

Les six revues de littérature ont permis d’analyser comment les principaux standards de durabilité dans les six filières répondent aux exigences retenues dans la SNDI. Les justifications de cette estimation sont données dans les tableaux suivants pour chacun des standards (voir bilan d’étape en pièce jointe).

Orientations pour la suite de la réflexion sur les certifications « zéro déforestation » par filière

Des standards de durabilité paraissant compatibles avec les critères de la SNDI ont été identifiés dans quatre filières : huile de palme, bois, cacao, soja.

Une attention spécifique sera accordée à la filière soja, aux interactions possibles entre les standards de certification, et à la gestion du risque géographique lié aux zones de production, qui est la démarche proposée dans le cadre du chantier 3 du CST Forêt.

Les nouvelles données de l’Université du Maryland (UMD), publiées sur Global Forest Watch, indiquent que les forêts primaires tropicales ont subi d’importantes pertes en 2019. Toutefois, qu’indiquent ces données en termes de causes des pertes et comment les comparer aux autres estimations de pertes ?

Ce que vous devez savoir à propos des données 2019  de Global Forest Watch relatives à la perte de la couverture arborée

Lire l’article : https://blog.globalforestwatch.org/fr/data-and-research/ce-quil-faut-savoir-sur-la-perte-de-couvert-arbore-en-2019/