Le 22 janvier 2023, Sylvie Gourlet-Fleury nous quittait. Le Comité Scientifique et Technique forêt se joint à moi pour lui rendre, par ces quelques mots, un dernier hommage, qui n’efface en rien la peine qui nous étreint.

Docteure et chercheuse spécialisée en écologie forestière tropicale, Sylvie Gourlet-Fleury travaillait au CIRAD (Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et a contribué, des forêts guyanaises à celles d’Afrique centrale, à apporter au monde académique et aux gestionnaires forestiers, une bien meilleure compréhension de ces forêts, à travers de nombreuses publications de portée internationale relatives à la modélisation de la dynamique des forêts denses humides. La qualité et la passion avec lesquelles elle restituait ses travaux nous permettent aujourd’hui de mieux appréhender leurs modes de fonctionnement et d’en prédire leurs évolutions possibles dans le contexte du changement climatique.

C’est également sur les fondations qu’elle a bâties que nous pouvons, aujourd’hui, asseoir les règles de l’exploitation forestière tendant vers une plus grande durabilité.

Sylvie a conduit les premiers travaux scientifiques du site de référence pour la recherche dans le bassin du Congo, la station de M’Baïki en République Centrafricaine. Il est l’un des rares sites forestiers d’Afrique centrale permettant de collecter sur le long terme des données sur les écosystèmes et l’impact de l’exploitation forestière. Elle a soutenu M’Baïki sans relâche malgré les multiples difficultés à y travailler. Elle restera pour beaucoup d’entre nous indissociable de cette station forestière et de la passion qu’elle a su transmettre à des générations de chercheures et chercheurs de la région. L’amour qu’ils lui témoignent aujourd’hui à travers leurs nombreux hommages nous touche à tous. Sylvie était de celles et ceux qui transmettent pour le bien commun, de celles et ceux qui luttent pour des causes justes et universelles, généreusement, sans rien attendre en retour que le courage de ceux qui, à présent, savent grâce à elle.

Je garde en mémoire son plaidoyer pour que se perpétuent ses travaux et que d’autres sites équivalents à M’Baïki s’implantent dans le bassin du Congo, permettant de comparer la diversité des dynamiques forestières. Cela reste à faire et son souvenir nous oblige.

Pour ton infatigable enthousiasme et ta ténacité à défendre nos valeurs, pour ta rigueur scientifique et la patience grâce à laquelle tu as su nous faire partager tes savoirs sur les forêts du bassin du Congo, je te remercie Sylvie à tout jamais.

Toutes mes pensées vont à sa famille en cette période douloureuse et qui nous réunit.

Paris, le 24 janvier 2023

Christophe du Castel (AFD) 

 

Les dernières actualités des forêts dans la presse

« Planter un milliard d’arbres, un objectif “possible” effectivement, mais est-ce souhaitable et réalisable concrètement ? »

Bruno Fady. Directeur de recherche Inrae, spécialiste d’écologie et génétique forestières

Le Monde. TRIBUNE. 24/12/2022. L’ambition du président de la République est certes possible mais semble omettre certaines réalités biologiques et écologiques, estime, dans une tribune au « Monde », Bruno Fady, qui plaide pour d’autres options, telles que la régénération naturelle.

De nombreux chefs d’Etat ont promis de planter des millions d’arbres pendant la COP27 qui s’est tenue en Egypte en novembre 2022. L’annonce du président de la République française, en amont de cet événement mondial, est de loin une des plus ambitieuses : planter un milliard d’arbres d’ici à 2032. L’arbre et les forêts sont régulièrement présentés comme la solution fondée sur la nature, qui tombe sous le sens, pour compenser et réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres maux produits par nos économies.

Feux de forêt : Record de surfaces brûlées en Europe en 2022

ÇA BRÛLE ! Ces records sont notamment dus aux importants incendies qui ont touché le sud-ouest de la France et l’Espagne

20 Minutes avec AFP. 13/12/2022. Un triste record. Cette année, l’Union européenne a vécu sa pire année en matière de surfaces brûlées par les feux de forêt. Selon un bilan actualisé mardi par le système européen d’information sur les feux de forêt (Effis) et le programme européen sur le changement climatique Copernicus, plus de 785.000 hectares sont partis en fumée du 1er janvier au 19 novembre.

C’est « plus du double de la moyenne d’un peu plus de 317.000 hectares entre 2006 et 2021 », est-il indiqué. Ces incendies ont entraîné « des émissions totales de carbone pour 2022 estimées à 9 mégatonnes, comparativement à une moyenne de 6,75 mégatonnes en 2003-2021 », est-il ajouté.

Renforcer les Autochtones au lieu de sanctuariser la nature

09/12/2022. Sauvons la forêt.org. Le message est clair et il a été reçu par les Nations unies : transformer 30 % de la planète en aires protégées d’ici 2030 pour protéger la biodiversité est risqué et n’est pas la bonne solution. Notre pétition de 65 014 signatures contre le plan « 30 en 30 » a été remise jeudi 8 décembre lors de la Conférence mondiale sur la nature à Montréal.

« Protéger 30 % de la planète semble simple, mais c’est en fait très dangereux. Derrière cette idée se cache la théorie selon laquelle la nature ne peut être protégée qu’en tenant les humains à l’écart. Dans la pratique : si l’on expulse la population locale », explique Marianne Klute, présidente de Sauvons la forêt.

COP sur la protection de la biodiversité : le combat des peuples indigènes contre la déforestation

Par Euronews  avec AFP  • 08/12/2022. A la COP15 de Montréal, les débats sur la protection de la biodiversité se poursuivent. Des leaders de communautés indigènes d’Amérique latine ont réagi à la récente loi européenne visant à garantir aux consommateurs que les produits qu’ils achètent ne contribuent pas à la déforestation.

S’ils se félicitent de cette loi, les représentant des peuples autochtones estiment qu’elle reste insuffisante pour protéger les espèces :

« Au moins trois quarts des biomes (les communautés animales et végétales) de la région du Cerrado ont été exclus de l’obligation de garantir la traçabilité des produits, ce qui aura un impact sur au moins 110 communautés et peuples traditionnels », souligne Dinamam Tuxam, coordinateur des peuples autochtones du Brésil.

Les entreprises devront prouver que leurs produits n’ont pas contribué à la déforestation si elles veulent les vendre dans l’UE. Des représentants du Parlement et des gouvernements de l’UE ont finalisé cet accord à l’ambition inédite : les entreprises sont désormais obligées de remonter la chaîne d’approvisionnement jusqu’à la parcelle de production pour prouver qu’aucune forêt n’y a pas été récemment déboisée, sous peine d’amende.

06 décembre 2022.

Le Parlement européen devra approuver cette nouvelle réglementation européenne sur la déforestation lors d’un vote en session plénière, et les pays membres donneront leur approbation officielle lors d’une réunion ministérielle. Ces formalités auront probablement lieu d’ici au début de l’année prochaine.

Greenpeace alerte sur le fait que les “autres terres boisées”, comme celles du Cerrado au Brésil  ne sont pas couvertes par le texte. Pour rappel, cet écosystème, trésor de biodiversité et grand comme la moitié de l’UE, est largement détruit par l’agro-industrie pour faire pousser du soja importé en Europe. Cette question sera réexaminée lors d’une révision dans un délai d’un an.

Les droits humains et en particulier ceux des peuples autochtones ne bénéficieront que d’une protection fragile. Malgré la volonté du Parlement de défendre les droits humains reconnus au niveau international, l’accord conclu n’exige le respect du droit au consentement préalable, libre et éclairé des populations autochtones que si le pays producteur garantit ce droit.

Une révision de ce règlement est prévue deux ans après son entrée en vigueur : celle-ci permettra potentiellement de protéger davantage d’écosystèmes comme les tourbières et les zones humides, d’inclure les institutions financières européennes et de couvrir un plus large spectre de produits, comme le maïs et les agrocarburants.

A lire le communiqué de presse de la Commission européenne,  Pacte vert: L’UE adopte une législation visant à lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts induites par la production et la consommation de l’UE

 

Le groupe de travail de la SNDI partage la dernière version de l'outil d'évaluation des risques de déforestation lié aux importations françaises de soja

L’outil d’évaluation des risques de déforestation lié aux importations françaises de soja qui a été mis à jour avec des données de 2019 et 2020 grâce notamment à la collaboration du Syndicat national du commerce extérieur des céréales, graines, oléo-protéagineux, légumes secs et produits dérivés (SYNACOMEX) dont les membres ont accepté de partager leurs données d’import-export entre la France et le Brésil.

Fondée en 1995, FERN est une organisation basée au cœur de l’UE, dédiée à la protection des forêts et des droits des personnes qui en dépendent.

Aux premières heures de ce matin, l’UE a conclu son règlement sur les produits sans déforestation.

Dans les jours, les semaines et les mois à venir, le texte de l’Accord sera analyse en détail pour proposer des moyens qui assureront sa mis en œuvre.

Entre-temps, vous trouverez  une première réaction  faites par FERN, soulignant certaines de ses lacunes et décrivant les domaines sur lesquels il faudra se concentrer dans les années à venir.

 

FERN  vous invite également à un webinaire le 13 décembre à 15h CET pour une discussion ouverte du règlement avec les parties prenantes de la Commission européenne, de l’Indonésie, du Brésil et du Ghana. Veuillez vous inscrire ici.

L'Europe n'importera plus les produits alimentaires issus de terres déboisées après décembre 2020. Les produits concernés sont le cacao, le café ou le soja; l’huile de palme, le bois, la viande bovine et le caoutchouc sont également considérés, ainsi que plusieurs matières associées (cuir, chocolat, ameublement, papier, charbon de bois…), lorsqu’ils contribuent à la déforestation.

Accord européen pour interdire l’importation de produits issus de la déforestation

 

06 décembre 2022. Le Monde avec AFP.

Le Parlement européen et les Etats membres de l’Union européenne (UE) ont trouvé un accord, mardi 6 décembre, pour interdire l’importation de plusieurs produits, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.

À l’origine de 16 % de la déforestation mondiale par le biais de ses importations (majoritairement de soja et huile de palme, chiffre de 2017), l’UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales derrière la Chine, selon l’ONG WWF.

Leur importation sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après décembre 2020, en tenant compte des dommages infligés non seulement aux forêts primaires, mais également à l’ensemble des forêts. Les entreprises importatrices seront responsables de leur chaîne d’approvisionnement et devront prouver leur traçabilité via des données de géolocalisation des cultures, qui pourront être associées à des photos satellitaires.

Le texte avait été proposé en novembre 2021 par la Commission européenne, et repris dans ses grandes lignes par les Etats membres, mais les eurodéputés avaient voté en septembre pour le renforcer significativement, en élargissant la gamme de produits concernés – en particulier au caoutchouc, absent de la proposition initiale.

Lire aussi Article  La Commission européenne propose d’interdire l’importation de produits contribuant à la déforestation,(article réservé aux abonnés)
Vous trouverez le communiqué de presse du Parlement Européen ici

Chers membres du groupe de travail Référentiel Empreinte Forêt France,

Le dernier atelier du groupe de travail REFF aura lieu le mercredi 14 décembre 2022 de 10h00 à 12h00

Atelier Référentiel Empreinte Forêt

Mercredi 14 décembre 2022 de 10h à 12h

Ordre du jour :

    • Rappel des objectifs du Référentiel Empreinte Forêt France
    • Résumé de la méthodologie de la mesure de la déforestation importée
    • Réflexion sur le lien entre la surface nécessaire et la déforestation mesurée

Ce dernier atelier abordera la question du lien entre la surface nécessaire et la mesure de la déforestation qui est primordial pour la mesure de l’Empreinte Forêt.

Merci de nous indiquer au plus vite votre participation en répondant à cette adresse :Elie FAVRICHON e.favrichon@envol-vert.org

Cordialement L’équipe d’Envol Vert

Coordonnée par Bernard Mallet et le secrétariat du CST-F, cette journée s'est tenue le 19 octobre 2022, en format hybride.

 Compte-rendu Journée thématique

« La restauration des paysages forestiers : enjeux et opérationnalité »

Mercredi 19 octobre 2022

La journée thématique  devait apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : Quels sont les apports de cette approche en matière d’efficacité environnementale et sociale ? Comment s’applique-t-elle concrètement sur le terrain et dans quelles conditions ? Quels résultats et enseignements peut-on en tirer ? Sont-ils l’objet de controverses ?

Ce compte-rendu constitue une base de réflexion à la prochaine élaboration d’un document de positionnement par le groupe de travail composé de membres du CST-F et d’intervenants extérieurs, constitué pour l’organisation de cette journée thématique.

 

L'Initiative Française pour un Cacao Durable (IFCD) publie son rapport d'activité 2021/2022.

Les membres de l’IFCD réunis à l’occasion de la journée mondiale du cacao ont partagé le premier rapport d’activité de l’initiative.

Durant cette première année, l‘IFCD a pu se structurer et se doter d’une feuille de route fixant des objectifs précis pour lutter contre la déforestation liée à la cacaoculture, améliorer le revenu des producteurs de cacao et mettre fin au travail des enfants et au travail forcé dans les régions de production.

Un protocole d’accord a été signé avec les autres initiatives nationales pour un cacao durables (ISCO) afin de renforcer leur coopération et leur articulation notamment dans le dialogue avec les pays producteurs qui sera central pour les travaux des prochains mois de l’IFCD.

https://www.deforestationimportee.fr/fr/actualites/rapport-dactivite-20212022-ifcd-frisco-78

Les actualités de la forêt dans la presse

Aux arbres citoyens ! Podcast sur France Inter et France 2, le 8 novembre 2022

Si beaucoup de Français se mobilisent pour lutter contre des projets en contradiction totale avec le besoin impérieux de stopper l’artificialisation des sols défini par la loi climat, il reste encore beaucoup à apprendre sur les enjeux climatiques qui menacent les écosystèmes forestiers.

Partout dans le monde, les forêts sont en danger et la déforestation est massive après un été marqué par les sécheresses et les incendies à répétition. Comme le vivant de manière générale, les arbres sont confrontés à un gros changement, exposés avant tout à une intensification de leur exploitation, dramatique, partout dans le monde. Il est impressionnant de voir à quel point les forêts étaient déjà jaunes cet été, un peu partout.

Podcast à réécouter sur France Inter: Aux arbres citoyens!

À réécouter aussi  : Planter des arbres pour réduire son empreinte carbone ? Un label français contre les dérives

Rapport d’activité 2021/2022 IFCD-FRISCO

L’Initiative Française pour un Cacao Durable (IFCD) publie son rapport d’activité 2021/2022.

04/10/2022. Les membres de l’IFCD réunis à l’occasion de la journée mondiale du cacao ont partagé le premier rapport d’activité de l’initiative.

Durant cette première année, l’IFCD a pu se structurer et se doter d’une feuille de route fixant des objectifs précis pour lutter contre la déforestation liée à la cacaoculture, améliorer le revenu des producteurs de cacao et mettre fin au travail des enfants et au travail forcé dans les régions de production

https://www.deforestationimportee.fr/fr/actualites/rapport-dactivite-20212022-ifcd-frisco-78

Bois et forêts des tropiques.

Revue des Sciences forestières en partenariat avec la recherche au Sud

La revue Bois et Forêts des Tropiques publie des articles de recherche des sciences et techniques forestières des milieul tropicaux et méditerranéens. Tous les articles sont évalués par les pairs en double-aveugle. Les publications sont sous la forme d’article scientfique original, de synthèse, de descriptif ou note technique. La revue est en libre accès, et gratuite. La revue est référencée dans les bases de données des revues scientifiques internationales dont les indices de citation sont pour l’année 2022 : 11 pour l’indice H, 1,1 pour l’indice CiteScore et 0,94 pour le facteur d’impact.

Éditeur : Cirad. Rédaction en chef : Jean-François Trébuchon

Rédaction scientifique : Kévin Candelier, Vincent Freycon, Antoine Galiana, Jean Gérard, Valéry Gond, Romain Lehnebach, Jacques Tassin.

Bois et forêts des tropiques. https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/index

 Pacte vert: des propositions inédites pour rétablir la nature en Europe d’ici à 2050 et réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici à 2030

Commision Européene. 

Des propositions inédites pour rétablir la nature en Europe d’ici 2050.  Communiqué de presse.

La Commission a adopté aujourd’hui des propositions inédites visant à restaurer les écosystèmes endommagés et à ramener la nature dans toute l’Europe, depuis les mers et les terres agricoles jusqu’aux forêts et aux milieux urbains. La Commission propose également de réduire l’utilisation des pesticides chimiques et les risques qui y sont associés de 50 % d’ici à 2030. Il s’agit de propositions législatives phares qui font suite à l’adoption de la stratégie en faveur de la biodiversité et de la stratégie «De la ferme à la table» et qui contribueront à assurer la résilience et la sécurité de l’approvisionnement alimentaire tant dans l’Union que dans le monde. La proposition de loi sur la restauration de la nature constitue une étape essentielle pour éviter l’effondrement des écosystèmes et prévenir les effets les plus graves du changement climatique et de la perte de biodiversité

Article presse en français : https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_22_3746