Cet accord de libre-échange, conclu en 2019 après plus de vingt ans de négociations devrait favoriser des importations de bœuf, responsables de déforestation. . D’où la demande de la France de mettre en place dans l’accord des garanties sur l’environnement.
Le ministre français du Commerce extérieur Frank Riester insiste sur le besoin de compter avec un « instrument technique et juridique européen permettant de vérifier que chaque importation n’a pas d’impact négatif sur la déforestation ».

A l’issue du Comité de suivi de la politique commerciale du 4 février 2021, Franck Riester, ministre français du Commerce extérieur, a affirmé que la France ne signera pas « en l’état » l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur. Il rejoint ainsi la déclaration du Premier ministre Jean Castex en septembre 2020. Il a rappelé qu’il attendait « des garanties tangibles et objectivables » des quatre pays concernés (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay) sur l’environnement et les normes sanitaires.

A lire : l’article complet de « Reporterre : Le quotidien de l’Ecologie » (5 février 2021) :

Accord UE-Mercosur : la France affiche son opposition, mais ne renonce pas au texte

https://reporterre.net/Accord-UE-Mercosur-la-France-affiche-son-opposition-mais-ne-renonce-pas-au-texte

Fern partage sur son site (2 décembre 2020) une note d'information résumant les principales conclusions de nouvelles recherches coordonnées par l’ONG brésilienne Imazon sur l'impact environnemental et climatique de l’accord UE-Mercosur..

La note d’information présente un certain nombre de recommandations destinées aux décideurs politiques européens afin d’aligner cet accord de commerce sur le Pacte vert européen et de mettre un terme au commerce des denrées agricoles qui représentent un risque de déforestation et de violation des droits humains. Les études décrivent comment l’augmentation de la demande de produits agricoles risque d’accroître la déforestation. Surtout, l’étude décrit, cartes à l’appui, les territoires qui seraient impactés par cette déforestation.

Selon Perrine Fournier (Trade and Forest campaigner), forte d’une politique commerciale refondée sur le respect des droits humains et de l’environnement, l’Union européenne doit l’utiliser comme levier afin d’encourager le Brésil à respecter la société civile brésilienne et les peuples autochtones et à reprendre son programme de lutte contre la déforestation et protéger les territoires autochtones.

Lire la note complète sur le site web de FERN (hyper lien) https://www.fern.org/fileadmin/uploads/fern/Documents/2020/Fern_%C3%89valuer_impact_accord_UE_Mercosur.pdf

Lire le rapport d’Imazon (en anglais)

https://imazon.org.br/wp-content/uploads/2020/11/mercosulue_en_imazon.pdf