Définir les termes « forêt », « déforestation » et « dégradation des forêts », est un préalable incontournable dans la conception et la mise en œuvre de toute stratégie visant à éliminer la déforestation importée. Cette définition doit être choisie et intégrée dans un cadre juridico-légal et politique fixé. Elle doit par ailleurs s’adapter à la diversité des contextes écologiques rencontrés.

Policy brief

Définir la forêt pour mieux lutter contre la déforestation importée : vers une approche intégrant la diversité des contextes écologiques ?

Préparé par :  Richard Eba’a Atyi (CIFOR), Sylvie Gourlet-Fleury (CIRAD), Richard Sufo (Université Le Mans), Frederic Amiel (IDDRI), Philippe Guizol (CIRAD), Pierre Couteron (IRD),

Ce Policy Brief est un document de travail  diffusé en interne auprès des membres du Comité Forêt. Il a été préparé par l’équipe d’animation du chantier 1,  avec la collaboration d’autres experts membres du CST Foret. Nous serons attentifs aux retours.

Le document fait les constats  différences de définitions de la forêt et ses conséquences sur la déforestation importée.

Le Policy Brief mets à considération recommandations  suivantes:

L’harmonisation de la définition des forêts  à l’échelle mondiale, en proposant des seuils adaptés aux zones écologiques est une priorité.

–           La SNDI gagnerait donc à s’appuyer simultanément sur des approches à déployer rapidement en favorisant l’amélioration continue des techniques de suivi satellitaire.

–           La définition de la déforestation basée sur la couverture végétale ( land cover) devrait être adopté par tous les pays.

–            Adopter le concept de déforestation brute est justifié., sans négliger les incitations aux efforts de reboisements ou de réhabilitation des écosystèmes.

–           Limiter la déforestation légale pose des questions de respect de la souveraineté des États pour limiter cette déforestation et s’orienter vers une agriculture « zéro-déforestation brute .

–           Le groupe de travail soja recommande pour le Brésil de retenir la date du 1er janvier 2020.

 

Vous devez vous connecter pour commenter cet article - réservé aux membres du CSTF